Niveau intermédiaire

de Peter Griffith

 

Mr et Mrs Smith vivent dans un quartier respectable. Ils sont horrifiés de découvrir que leurs nouveaux voisins sont une famille de vampires. Leur fils Rick, en revanche, semble immédiatement attiré par la fille des vampires, Phylthia.
Les Smith parviendront-ils à oublier leur haine des vampires? Ont-ils le droit d’empêcher leur fils de fréquenter la jolie voisine? Quelles sont les vraies intentions de Phylthia envers Rick? Rick sera-t-il la victime des vampiresques attentions du père de Phylthia, le terrifiant Comte Spatula? Et le public est-il en sécurité quand le Comte Spatula a soif?

 

Neighbours With Long Teeth est une piéce sur le racisme, les conflits parents-enfants, l’amour adolescent et…les vampires!

 

 

Photos de 'Neighbours with Long Teeth'

 

 

Extrait du texte de la pièce 'Neighbours with Long Teeth'

Mr. Smith: Richard, I hope you will have nothing to do with these... people…things…whatever they are.
Rick: Vampires, Dad…
Mr. Smith: Yes. Vampires. I hope you will have nothing to do with them.
Rick: Why not?
Mr. Smith: They are different from us. They…live…differently.
Mrs Smith: They don’t understand our ways, and we don’t understand their ways.
Mr. Smith: It’s disgusting that they are moving into this neighbourhood.
Rick: They’ve got to live somewhere, Dad.
Mrs Smith: Of course they have. But not in a respectable part of the town like this.
Mr. Smith: They should go and live…where they come from.

De Peter Griffith, adapté du roman de Charles Dickens

 

Pour la saison 2014-2015, Peter Griffith propose une nouvelle version de l’histoire, de niveau intermédiaire, pour les 13-17 ans.

Oliver Twist est né dans l’hospice pour pauvres de sa paroisse. Personne ne sait qui sont ses parents. Pendant les neuf premières années de sa vie, il ne fait que subir la cruauté de ceux qui ont sa charge. Quand Oliver s’enfuit à Londres, sa situation ne fait qu’empirer. Fagin le prend sous son aile et lui apprend à devenir pickpocket. Puis Bill, la brute qui sert d’acolyte à Fagin a besoin d’un jeune garçon pour commettre un cambriolage…

Le roman Oliver Twist raconte une histoire passionnante et en même temps c’est un plaidoyer passionné pour la justice envers les pauvres, pour que la société, à tous les niveaux, adopte des valeurs dignes de la condition humaine.

 

Photos de 'Oliver Twist'

                

    

&nbsp

Extrait de 'Oliver Twist'

Narration: The workhouse children were beaten every day and given very little food. One day Oliver was so hungry that he stood up from the dinner-table. 
Oliver: Please sir, I want some more.
Mr. Bumble: What!
Oliver: Please sir, I want some more.
Mr. Bumble: I beg your pardon! Oliver Twist has asked for more! I heard him ask for more, after he had eaten his supper! He did! This boy will come to be hung!

de Peter Griffith

 

Ravi a traversé la Terre pour trouver un nouveau chez lui, loin des horreurs d’une guerre sanglante au Syrie. Obtenir le droit d’asile en Angleterre est déjà compliqué. Mais c’est lorsque Ravi est enfin accepté comme réfugié que ses vrais problèmes commencent. Sa mère et lui sont logés dans une cité délabrée en banlieue d’une grande ville anglaise, cité dominée par un gang raciste...

Le Teachers' Pack joint contient des informations sur le racisme, incluant des données du Comité des réfugiés, une organisation qui aide les immigrés et les réfugiés en Grande-Bretagne.

 

 

 

Photos de 'Promised Land'

 

 

Extrait du texte de la pièce 'Promised Land'

Ravi: Hi…I’ve just moved in here.
Jaz: Well you’d better just move out again, hadn’t you?
Ravi: What do you mean?
Fiz: This is Gough Street. This is our patch.
Snoz: And we don’t like people like you.
Ravi: But…you don’t know me.
Jaz: We don’t want to know you, kid.
Fiz: Where are you from?
Ravi: I’m from Syria.
Snoz: Never heard of it. Where’s that?
Ravi: It’s to the south of Turkey.
Jaz: Well you can just get back to Pingy Pongy or wherever it is. Because we don’t want you here.
Ravi: But I live here. This is my home.
Fiz: Wrong. This is our home.
Snoz: We live here.
Jaz: And there’s no room for you – foreigner!